ORANGINA ET BOUFARIK

par Marguerite  -  27 Juin 2007, 16:23  -  #Méditerranée

Est ce que les buveurs d'aujourd'hui de cette boisson si connue connaissent son origine, supposé que cela les intéresse..
Quelques affiches pour rappeler d'où elle vient ...et l'importance donnée aux fruits de l'Algérie
Quelques détails sur la naissance de cette recette ...tiré du site www.prodimarques.com/.../orangina/orangina.php


Un jour, nous connaîtrons la formule qui nous permettra de boire le jus de nos oranges aux quatre coins du monde
". Nous sommes dans les années vingt. L'Algérie se couvre d'orangeraies. Et c'est en visionnaire que Léon Béton, qui élabore et commercialise des huiles essentielles de lavande et de géranium, rassure les agriculteurs de sa région en quête de débouchés pour leurs fruits. Un voyage à la foire de Marseille, à l'automne 1935, va mettre fin à leurs lamentations : Léon Béton rapporte à Boufarik, petite ville de la plaine de la Mitidja au sud d'Alger, la fameuse formule, fruit de sa rencontre avec un pharmacien de Valence.

Le docteur Trigo Mirallès vient en effet de mettre au point un concentré de jus d'orange, appelé Naranjina («petite orange» en espagnol).
La bouteille, composée d'un flacon ventru, contient du concentré d'orange et est surmontée, en guise de bouchon,d'une fiole renfermant de l'huile essentielle d'orange.
C'est ce mélange, additionné d'eau sucrée puis gazéifié, que le Dr Trigo baptise "Orangina, soda de Naranjina", en 193
6.

et on connait la suite....

orangina.jpg boufarik3.jpg
boufarik.jpg  connaitre-02.jpg

alex costantinos 07/03/2014 16:50

Orangina c'est l'histoire d'une homme qui a cru toute sa vie a son produit luttant envers et contre tout contre ses inconvénients , pulpe qui colle au verre , forme de la bouteille , cout de fabrication , moyens limités, méconnaissance du metier . Jean Claude Beton etait un homme obstiné , un exemple lorsque l'on veut reussir. Je l'ai cotoyé plus de 44 ans. il a mérité largement sa réussite.

fares 03/07/2007 16:44

quelques images bien choisies valent plus qu'un long discours !! felicitations pour ce blog et surtout à cet hommage  à la terre natale. Je suis un peu votre voisin sur overblog. Encore une fois bravo

Marguerite 05/07/2007 08:57

j'ai compris pourquoi je ne pouvais pas ouvrir votre blog: vous avez simplement écrit ovre au lieu de over blog..je vous écris sur votre mail..A bientot!

Georges 28/06/2007 19:29

Vos affiches et  vos explications qui sentent bon l'écorce d'orange arrivent à point par ces temps de chaleur qui nous rappelle tellementles étés d'Algérie ! Vite, un Naranjina bien glacé avec une paille !Les flancs de la bouteille etaient comme perlés d'aspérités de verre qu'il faisait bon de tenir par le col. Contenu et contenant font partie de nos souvenirs ensoleillés.

intoxinfo 28/06/2007 16:04

Industrie comme une autre, l’édition ne peut être qu’économique pour en vivre. Ni philanthropique, ni caritative. Le poids de la mise en œuvre physique et commerciale ne le permettrait pas.
Beaucoup qui écrivent et ne sont pas connus ne peuvent être retenus.
Pour eux, je voudrais ouvrir un site sur lequel ils déposeraient leur prose que des lecteurs viendraient parcourir.
Certains peut-être rencontreraient un public, l’impression numérique n’exige guère de quantités…
Vous qui lisez et analysez ce que de vrais auteurs écrivent, je crois que ça m’aiderait si vous passiez faire un tour pour me dire vos idées
D’ors et déjà, sans préjuger, je vous en remercie
André