Architectures et religions

par Marguerite  -  27 Janvier 2007, 13:17  -  #Lectures

 

 

Louis Hautecoeur 1


La pérennité des formes de l’architecture n’est pas un hasard. La coupole de nos églises n’est pas née spontanément . Un très beau livre de Louis Hautecoeur  Mystique et architecture. Symbolisme du cercle et de la coupole retrace les origines des formes, qui nous sont familières.

 

 

 

 

 

Comment de l'expression des cultes chtoniens ( tout ce qui se rapporte aux divinités de la Terre, de la nature , du cycle de la vie , celles qui ont donné vie aux dieux  celestes du Pantheon grec  et romain ) on arrive aux  constructions des  premiers édifices chrétiens et  à la continuité des symboles dans l'architecture religieuse ?  C’est le parcours que nous offre le passionnant récit de Hautecoeur, éminent professeur des Beaux Arts  mais aussi célèbre Conservateur du Louvre et Secrétaire Perpétuel de l'Académie des Beaux Arts.

L'architecture chrétienne a emprunté tout naturellement la typologie romaine de la voute celeste dans ses domes,  que l'on trouve dans les temples et dans les monuments funéraires, car ils sont à la fois l'hommage aux dieux, (voir le Pantheon de Rome) et l'hommage aux héros (l'héréion grec mais aussi les tombes des empereurs, à la fois dieux et héros s'il en fût (mausolée d'Auguste et celui de Hadrien à Rome, ce dernier devenu  le Chateau Saint Ange).

 

                                             
 

christiana 24/04/2014 11:16

Et aussi, ma préférée, la coupole de Brunelleschi à Florence.
Les travaux avaient commencé en 1420 et il avait choisi la terracotta d’Impruneta parce qu’elle offrait des caractéristiques incomparables de solidité et de légèreté nécessaires pour réaliser la fameuse coupole. Sa construction avait nécessité de soulever environ sept tonnes de matériaux par jour. Il avait mis au point grues et treuils à l'aide de vis sans fin, poulies, engrenages et roues dentées. S'il put élever sa coupole sans échafaudages, c'est qu’il lui donna les formes d'arcs brisés. L'architecte était très exigeant et voulait que les ouvriers préposés à sa commande fournissent des tuiles et des briques parfaites. Cette tâche avait établi la gloire de l’édificateur mais aussi la réputation des fours d’Impruneta.
Ainsi la Renaissance fit de la terre cuite un art.

gaby 01/02/2007 12:54

Un bien joli nom de famille pour cet historien de l'art...Bisous Gaby