René Devilliers et Radio Alger

par Marguerite  -  12 Mars 2007, 22:01  -  #Livre de mon histoire


Radio Alger et mon grand Oncle

 

 

 

 

 

 

 

 

Après avoir fondé le cabaret L’œuf d’Eléphant  à Paris, mon grand oncle voit son initiative partir ..en fumée ..une banale visite de la Commission d’incendie constate l’inexistence d’une sortie de secours..

 

 Un contrat au Casino d’Alger le ramène chez lui. Il emmène toute la troupe. « Ce fut un évènement dans la Capitale de l’Afrique du Nord. Il y était bien passé quelques chansonniers en représentation, mais c’était la première fois depuis la tournée du Chat Noir en 1885 ou 90 qu’un cabaret de Paris traversait la Méditerranée avec son Directeur , ses vedettes et son spectacle intégral..14 jours de succès… 
 
C’est alors que Radio Alger lui propose un contrat  de trois ans , pour des émissions humoristiques !  

  « La station avait pour directeur un parisien charmant et spirituel, Georges Brossard, échoué là par le plus grand des hasards. …Nous devînmes rapidement des amis et cela nous permettait de lutter avec quelques succès con la macabre austérité du Comité de Gérance. Ce dernier qui représentait au suprême degré la mentalité conformiste et bourgeoise telle que la définit Gustave Flaubert, était composé d’éléments fort disparates. On y trouvait quelques fonctionnaires de PTT, un marchand d’appareils de TSF et un courtier en vins, flanqués d’un médecin oto-rhino-laryngologiste qu’en cette qualité on avait chargé de s’occuper des émissions parlées. Cet amalgame bizarre donnait un produit tant soit peu baroque et ses réunions devaient ressembler à celle du Conseil des Dix, à Venise.  

 

 

 

 

  Sous prétexte que la Station était logée dans les bâtiments du Gouvernement Général, ces messieurs se prenaient très au sérieux, au point que les auditeurs avaient baptisé leur poste, « Radio –la-barbe ».  

 

 

 

 

 Mon pauvre vieux, si tu savais le mal que tu me donnes. Je passe mon temps a te défendre contre ces messieurs du Conseil.

  C’est ainsi que peu après ces épisodes de franche gaieté , mon grand oncle donna sa démission.    

   Dans le livre plusieurs fois cité  (1), il rend hommage aux chansonniers qui firent la gloire des cabarets montmartrois et dont l’origine était  tout simplement .. la notre. 

              "Alger pouvait s’enorgueillir d’avoir été la patrie de « nombreux chansonniers fournis à la Butte Sacrée  : je citerai parmi les plus notoires Dominus, Charles Cluny, Roméo Carlès, Henri Dickson et Charles de Cottens ».

 

pour plus d'informations  http://www.lechatnoir.free.fr/spip/index.php

 

 

 

  

(1)René DEVILLIERS, BUTTE, Boul’Mich’ & Cie . Souvenirs d’un Chansonnier”, Editions Aux Portes du Large, Nantes, 1946

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 Que me reprochent-ils ?

 

 

 

 Il parait que tu n’es pas sérieux

 

 

 

  Que leur réponds-tu ?

 

 

 

 Je leur répond que pour les émissions gaies, je ne pouvais tout de même pas engager un employé des Pompes Funèbres !

 

 

 

    Le coup de grâce leur fut donné lorsqu’ils apprirent que j’avais baptisé « Annexe de Radio Alger » un café sympathique, « Le Bar des Jardins » qui se trouvait tout près et où nous allions nous abreuver en chœur. »

   Cela se renouvelait toutes les cinq à six semaines.Brossard avait beau leur dire que mes émissions faisaient la joie de auditeurs, il hochaient douloureusement la tête et n’en pensaient pas moins.

  Inévitablement, l’intrusion d’un chansonnier de Montmartre dans cette nécropole, devait produire l’effet d’une entrée de clowns au troisième acte des Burgraves ! On toléra un certain temps mes fantaisies burlesques, mais au bout de quelques mois, l’excellent Brossard me dit avec un désespoir comique :

 

         

 

 

 

 

 

 

 

gaby 17/03/2007 19:29

D'accord avec Georges sur la célébrité des chats et des pieds...Margot , on veut la suite , ma fille, non t'impegni , non t'impegni..!!Bises Gaby  :0035:

Georges Levy 17/03/2007 17:42

De Radio Alger-la-Blanche  au Chat-Noir de la Butte,il n'y avait que la mediterranee a traverser pour les Chansonniers et dans les deux sens.Cette evocation du grand-oncle Rene Duvilliers nous devoile un passe remarquable et peu connu de l'apport algerien a l'humour parisien.Rodolphe Salis intitula son cabaret et son Journal "Le Chat-Noir",car il avait trouve devant sa porte un petit miaou noir et miaulant.Depuis le moyen-age,un chat de cette couleur etait la victime innocement accusee d'apporter le 'Mauvais oeil".A Salis,il lui apporta chance et celebrite,et admiration.Sauf une fois,lorsque Rodolphe recolta une gifle lorsqu'il demanda ingenuement,(mais qui l'eu cru),a une piquante brunette,si elle avait un Chat-Noir.Pied-Noir et Chat-Noir on fait la celebrite de la France.