L'année de la Chine

Exposition "Deux Empires: l'Aigle et le Dragon", Rome, Palais Venise, novembre 2010- février 2011

 

Dans les section des oeuvres chinoises, l'exposition présente au public une sélection des trésors les plus précieux de l’histoire millénaire de la civilisation chinoise ; certains arrivent en Occident pour la première fois. Des prêts extraordinaires, de grande valeur historique et artistique proviennent de 61 des plus importants Musées, Instituts d'Archéologie et Administrations locales de Biens Culturels de dix-neuf provinces et de villes de la République populaire de Chine. Un effort pensé et voulu par la Chine (The State Administration of Cultural Heritage of China), pour permettre aux visiteurs d'admirer, côte à côte pour la première fois dans une unique exposition d'un niveau aussi elevé, les oeuvres les plus importantes et plus significatives des deux grandes civilisations du passé,  romaine et chinoise. La période considérée  va de l'an 221 a.C., année de la fondation de l'empire par la dynastie Qin (221-206 a.C.) à la fin de la dynastie Han Oriental, en 220 d.C. : quatre siècles et demi d'histoire pendant lesquels furent posés les fondations d'un empire qui développa une culture raffinée et une capillaire et efficace structure bureaucratique et administrative qui, dans l'alternance des diverses dynasties, persistèrent jusqu'à au vingtième siècle. Avec la présentation d'objets d'usage quotidien sont  montrés de splendides jades, laques, soies, ors, bronzes, terres cuites. Exceptionnel, pour la qualité et la couleur de la jade utilisée, un imposant sarcophage de bois, laque et jade appartenu à un souverain de l'ancien règne de Chu, retrouvé à Shizishan dans la province du Jiangsu (III siècle a.C.), et le  vêtement funéraire du roi Jian de Zhongshan, retrouvé à Beizhang dans la province des Hebei (le siècle d.C.), constitué de milliers de plaques en jade de diverses dimensions et de différentes épaisseurs cousues ensemble avec du fil d'or. On pensait en effet que la jade protégeait le corps de la décomposition, permettant ainsi de rejoindre l'immortalité. De grand intérêt les linceuls en  soie, d'inestimabile valeur (il en existe seulement un autre semblable et aucun des deux n'était jamais sorti, jusqu'à présent, de Chine).  Parmi les céramiques, la  reproductions d'édifice à plusieurs étages dont le modèle en verre  d'une tour richement ornée, de plus de 2 mètres. Les statues de terre cuite représentant les aspects de la vie, personnages, animaux, soldats et qui étaient déposés auprès du défunt, avec le but de représenter l’immortalité sont exposées au Palais Venise et les célèbres statuettes des armées  du premier empereur retrouvée à Xi’an (Shaanxi) sont dans la Curia, le lieu de réunion du Sénat romain, au Forum.

 

Une belle vidéo en cliquant ici