Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voyages autour de la Méditerranée et surtout en Italie ma patrie d'adoption

La gare de l'Agha à Alger

Certains ont apprécié les avant/après...et bien en voici un qui rappelera des souvenirs à beaucoup de mes compatriotes et qui plaira peut etre aux autres (?).
La gare de l'Agha chère au coeur de nos grands parents et parents avec ses trains à vapeur et la gare de l'Agha d'aujourd'hui avec ces trains bleus. Pour en voir davantage en mouvement il faut aller chez Fouzol!!


 
 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
<br /> <br /> Cette Gare de l'Agha, c'était le paysage de ma jeunesse. Sur la deuxième photo, une vue des maisons qui la bordaient rue Sadi-Carnot. Celle de mes parents<br /> sera construite en 1930 sur le terrain vague. Après des dizaines d'années je peux me déplacer dans ce paysage comme avant-hier, n'ayant oublier aucun détails et souvenirs s'y rapportant ! Je<br /> pourrai y remplir un livre .<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> <br /> je sais mon cher ami qu'Alger dans tous ses détails est resté dans votre coeur!!<br /> <br /> <br /> <br />
K
la modernité est passé par là...
Répondre
J
<br /> Heureusement pour les ALgérois <br /> Bises Lynette<br /> <br /> <br />
K
la modernité est passé par là...
Répondre
V
Oula, plus rien à voir ! Ce mur, c'est moche, mais utile je suppose pour la sécurité.Véro
Répondre
S
bonsoirle contraste est saisissant et la 1ère avec le train à vapeur a beaucoup plus cherma mais on  n'arrête pas le progrèsbonne soirée et bisesdoque
Répondre
C
Bonsoir Jacqueline, merci mille fois pour ton soutien.Je fais partie de ceux qui aiment les avant et les après.. avec mon tempérament nostalgique, je préfère avant.. ça allait moins vite mais il n'y avait pas tous les immeubles et toutes les grues..merci pour les cartes postales anciennes.douce soirée avec plein de bisouschantal
Répondre
M
les ports, les gares : souvenirs de vacances.Moi, ma grand-mère qui m'a élevé originaire de Trouville  et habitant la banlieue aimait y retourner et c'était la gare de Deauville , bâtiment normand immortalisée dans de nombreux films !
Répondre
C
Surement que mon beau -pere y aurais retrouve un peu de ses souvenirsbises jacqueline
Répondre
F
Me voilà de retour, ravie de retrouver tes images, et tu sais que j'aime les avant-après, j'en ai d'ailleurs à faire à Lyon ! Mais il va falloir que cette grisaille disparaisse et que je refasse surface ! bisesfrançoise
Répondre
K
Bonjour de Kelly , moi j'aime beaucoup les anciennes cartes, j'en avait beaucoup , dans mon autre vie, la vie d'avant. L'AUTRE n'est pas de mauvais poil (!!) pourquoi le serait il ? le beau temps revient, hier 25°,23° la nuit, faire plus de ballades que d'internet, je commence a trouver l'idée intéressante, bisous, bonne journée.http://eglises.over-blog.fr/
Répondre
F
Chaque génération à son age d'or. Bien que je viens presque en derniers,  moi j'en ai aussi des souvenirs. Cette gare me rappelle mes belles années de fac. C'est vrai qu'elle a changé d'aspect, mais c'est une gare qui evoque beaucoup de souvenir même pour la nouvelle génération.
Répondre
C
Merci pour ton blog toujours aussis intéressant.
Répondre
C
je passe juste pour me changer les idées , je m'inscrit à la newsletter , j'ai récupéré ma connexion bisous cerisette
Répondre
P
Les gares n'ont plus le charme d'antan, mais je suis sûr que les cheminots ne le regrettent pas, Phil.
Répondre
L
La carte postale en noir,la deuxième est celle de la Gare de l'Agha avec la rampe qui y descendait . On y voit deux batiments aux toits de tuiles . L'un avait à son fronton une plaque émaillée au dessus de son porche d'entrée :"Petite Vitesse", et l'autre jumeau "Grande Vitesse" . C'était  la Gare de Marchandises d'où étaient expédiés les colis vers l'Intérieur du pays . En face de ces batiments, du coté bati de la ville, une trouée de maisons anciennes et basses : c'est à leur place que fut construit l'immeuble où logèrent mes parents vers les années 30 .Du haut du 5ième du 20 de la rue Sadi-Carnot qui nous séparait de la Gare, je vécus une partie inoubliable de ma vie à contempler les allées et venus dans cette Gare, et au delà les bateaux dans le port .En 1942, sous ma fenetre je faisais de grands signes de ma petite main aux soldats alliés, en short kaki, tous rougis de soleil et  qui embarquaient sur les wagons plats leurs tanks vers la Tunisie . Ils me répondaient en riant . Ils allaient délivrer Tunis des boches et continuer la marche victorieuse contre Rommel . Ce n'est que vers 1956 que fut construit le grand immeuble des Chemins de Fers Algériens qui me boucha une partie du paysage ..Mais la rue très passante avec ses trammways des C.F.R.A. resta riche en curiosités et aussi en évenements, quelque fois tragiques . J’ai reçu d’un ami internaute,la photo de l’immeuble aux volets bleus où j’ai habité de 1938 à 1962. Empreint d'émotion, j'avais écrit : <br /> <br />        Les yeux bleus      ------------------------  J'avais laissé un Alger de gouache et d'aquarelle,  Et la retrouve maintenant sur un écran, éternelle:  Ma maison reste blanche,  mais a les yeux bleus.  Elle a soixante-quinze ans passés,  Mais se souvient encore des brillants défilés,<br />  Des cavalcades des spahis, et des vaillants  goumiers.  Des fanfares et du roulement des blindés,  Des monômes d'étudiants, et du premier Mai,  Du rythme ensorcelé du tambour et des castagnettes,  Quand dansaient les grand noirs, en agitant  leurs têtes,<br /> <br />  Des tramways grincants,  Que prenaient en marche les passants,  De la locomotive à vapeur et son épaisse fumée blanche,  De l'hydravion à l'hippocampe qui arrivait de France,  Des remorqueurs aux lumières vertes et jaunes qui glissaient dans la nuit,  Des navires de guerre tous gris pour combattre l'ennemi,<br /> <br />  Du rayon du grand phare qui balayait la baie endormie..  Mais,  par un triste mois de Juillet,  Elle nous a vu, franchissant la jetée,  Sur le paquebot chargé d'exilés.<br /> <br />  Aujourd'hui, les balcons sont vides de leurs orchidées,  Et les remplacent, des paraboles, pointées vers le ciel,  Comme pour y chercher la vérité.  Une famille étrangère s'y est installée:  Enfant qui court dans le couloir, pieds-nus,  Comme moi, prends garde au carrelage fendu.  Et lorsque tu sors de la maison,  N'oublie pas de fermer le robinet.  Et quand,  couché dans ton lit,<br /> <br /> <br />  Tu vois de ta fenêtre, aux rideaux garnis,  Une silhouette s'agiter dans la nuit,  Je te dis: n'aie point peur,  Ce n'est que la girouette de fer,  Qui grince et tourne au vent d'hiver.P,S il ne fallair jamais oublier de fermer ce robinet du Compteur à Gaz dans le placard ....<br /> <br /> <br /> <br /> <br />   <br />
Répondre
M
dans le temps (entre les deux guerres ), le train faisait un arret à Zéralda aujourd'hui , je ne crois pasc'est riche d' humanité une gare...............bises
Répondre
M
dans le temps (entre les deux guerres ), le train faisait un arret à Zéralda aujourd'hui , je ne crois pasc'est riche d' humanité une gare...............bises
Répondre
M
dans le temps (entre les deux guerres ), le train faisait un arret à Zéralda aujourd'hui , je ne crois pasc'est riche d' humanité une gare...............bises
Répondre
M
dans le temps (entre les deux guerres ), le train faisait un arret à Zéralda aujourd'hui , je ne crois pasc'est riche d' humanité une gare...............bises
Répondre
L
Le trains ont bien changé !LIZAGRECE
Répondre