Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mare Nostrum

Voyages autour de la Méditerranée et surtout en Italie ma patrie d'adoption

Etienne Dinet

Encore un peintre d'Algérie?.. Oui! il y en a tant à connaître!! Mais Etienne Dinet a eu un parcours un peu particulier.

Fils d'un notable français il découvrit le beau Pays comme beaucoup de ses confrères "orientalistes" mais il fit davantage: il s'établit à Bou Saâda où il partagea la vie de ses habitants et se convertit à l'Islam. Il devint Nasr-Eddine (triomphe de la religion) Dinet . Né en 1861 à Paris il s'éteint en 1930 à Bou Saâda. La maison qu'il occupa est devenu un musée et avant de revenir sur sa demeure je vous propose quelques toiles de l'artiste.

 

 

Cet article est dédié à mes amis peintres de la bas....Yvette , Madjid,Loula et Boualem.

 

 

Bien sur la beauté des jeunes filles, leurs rires, leurs confidences ..

fillettes.jpg

 

gouache.jpg

 

dinet.jpg

 

Une remontrance peut etre???

 

jeunesfilles.jpg

 

 

Ici il s'agit du moment où le regard tourné vers le ciel on attend l'arrivée du croissant pour la rupture du jeûne. L'enfant guide les yeux du vieillard qui peut être ne peut plus voir....

 

le-croissant2.jpg

 

et puis la beauté des sources dans l'oasis où se reflètent les lauriers roses...

 

source.jpg

 

 

ces reproductions sont le fruit d'un scanner...et tirées d'un livre acheté au Musée. Pardonnez la piètre qualité!!

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marty jean pierre 07/08/2015 08:27

Très intéressant

elena 23/02/2015 11:07

j'adore vraimment un vrai art
http://53voyager.com

Youcef Louaar 07/02/2014 22:42

Dans vos yeux
J’ai lu l’aveu de votre âme
En caractères de flamme
Et je m’en suis allé joyeux
Bornant alors mon espace
Au coin d’horizon qui passe
Dans vos yeux.

Dans vos yeux
J’ai vu s’amasser l’ivresse
Et d’une longue caresse
J’ai clos vos grands cils soyeux.
Mais cette ivresse fut brève
Et s’envola comme un rêve
De vos yeux.

Dans vos yeux
Profonds comme des abîmes
J’ai souvent cherché des rimes
Aux lacs bleus et spacieux
Et comme en leurs eaux sereines
J’ai souvent noyé mes peines
Dans vos yeux.

Dans vos yeux
J’ai vu rouler bien des larmes
Qui m’ont mis dans les alarmes
Et m’ont rendu malheureux.
J’ai vu la trace des songes
Et tous vos petits mensonges
Dans vos yeux.

Dans vos yeux
Je ne vois rien à cette heure
Hors que l’Amour est un leurre
Et qu’il n’est plus sous les cieux
D’amante qui soit fidèle
A sa promesse… éternelle
Dans vos yeux.

Gaston Couté

Youcef Louaar 24/05/2013 23:11

De taille moyenne, plutôt mince, il avait l’air distingué. Il s’habillait correctement et sobrement car il était contre tout travesti. Ce qui frappait dans son visage, c ‘était l’éclat vif de ses yeux noirs qui témoignaient d’une vie intérieure intense et d’une réelle sensibilité.

L’artiste Bou-Saadi met alors tout son talent pour faire connaître la vie du désert, l’âme des Algériens, leur condition sociale…

Léonce Bénédite note en 1911 dans son journal que Dinet « ne veut plus peindre pour peindre mais se servir de la peinture comme d’un moyen d’expression pour traduire sa pensée, sans coquetterie d’artiste…

Sa production picturale ne dépassait pas une dizaine de tableaux par an et était alors appréciée par le monde des arts. Les musées de plusieurs capitales achètent des œuvres de Dinet (Musées de Berlin, Paris, Sydney, Tokyo…).

On en trouvait aussi chez les grands collectionneurs européens et algériens. En fait, pendant plusieurs années, ses œuvres n’arrivaient pas à son marchand de tableaux de la galerie Allard de Paris et étaient acquises aussitôt terminées. En décembre 1927, Dinet avait confirmé sa conversion à l’islam en prononçant solennellement devant le mufti d’Alger, la proclamation de foi, « Ech-Chahada ». Lorsque la nouvelle fut connue, ses anciens admirateurs commencèrent à le critiquer. Sa peinture devint, chose étrange, brusquement suspecte. Evitant de lui reprocher sa conversion, c’est à son art qu’on s’attaquait pour déchirer ses lauriers et transformer ses chefs-d’oeuvre en « oripeaux de l’orientalisme ». L’ostracisme des puissants groupes de pression coloniaux de l’époque fit échouer en 1929 un projet de fondation d’un musée consacré aux œuvres de Dinet. Cependant Nasreddine Dinet poursuit résolument sa voie, guidé par une foi profonde et agissante.

Youcef Louaar 24/05/2013 22:43

Commentaire d’une lectrice : Nic Sirkis

« Ma découverte d’Etienne Dinet »

Merci à Naïma Rachdi pour m’avoir fait découvrir par la lecture de son « Etienne Dinet ou le regain de la peinture orientaliste » ce peintre – à cheval sur les 19e et 20e siècles – et son œuvre dont j’avoue que je n’avais jamais entendu parler… avant d’ouvrir ce livre publié aux éditions Chèvre-feuille étoilée. (Son nom n’apparaît même pas dans mon dictionnaire des noms propres !)



Dans cet essai illustré en pages centrales de magnifiques reproductions de l’artiste, l’auteure nous présente le cheminement atypique de cet humaniste à l’esprit aventureux, depuis sa jeunesse parisienne où il se lança, après une formation à l’Ecole Supérieure des Beaux Arts suivie d’une exposition aux Salon des Artistes Français, dans un 1er voyage avec une équipe d’entomologistes vers la région de Bou-Saâda dans le Sud Saharien. Rachdi accompagne son itinéraire artistique et spirituel jusqu’à sa mort en 1929, quelques années avant la parution de « L’œuvre d’Art et la reproductibilité technique » [l’œuvre où Walter Benjamin caractérise la « spécificité » unique de l’œuvre picturale par opposition à la « reproductibilité » de la photographie] date charnière où l’art moderne plonge dans l’aventure de l’abstraction dont les cubistes avaient préparé le terrain.

Etienne Dinet est lui le chantre de la peinture figurative. Ses toiles me font penser à Ingres, le peintre néo-classique né à Montauban et décédé en 1867 (6 ans après la naissance de Dinet) à Félix Ziem et aussi à Anders Zorn, son contemporain suédois, par l’exubérance de ses couleurs chaudes, comme sorties de la terre de Méditerranée, ocre, jaune, brune, vermillon, pourpre et grenat. Dinet qui avait exposé en 1888 à Paris avec les Impressionnistes au sein de son « Groupe des trente trois » s’est ensuite immergé complètement dans la culture maghrébine : il participa à Paris à la 1e exposition officielle « orientaliste » au Musée de l’Industrie puis installa son atelier à Biskra, après avoir allongé la durée de ses séjours semestriels en Afrique du Nord où il établit bientôt sa résidence principale.


Naïma Rachdi nous montre comment le peintre adopte complètement la culture de son nouveau lieu de vie, apprend l’arabe, se convertit à l’Islam, choisit un prénom musulman – Nasreddine – et rencontre celui qui sera l’ami fidèle : Sliman Ben Ibrahim avec qui il fit son pèlerinage à La Mecque. L’œuvre de Dinet appartient à l’école orientaliste qui, parallèle à l’ère du réalisme en occident, disparaît avec la mort du réalisme et l’apparition de l’art abstrait. Les peintures de Dinet sont des fresques très riches en couleurs, baignées de luminosité solaire et représentent des paysages, des scènes de vie quotidienne, des portraits empreints du charme de l’allégorie et d’idéalisme. L’artiste peint dans ses toiles l’injustice et l’aliénation engendrées par le système colonial. Cette domination qu’il dénonce trouve résonance dans la dangereuse dérive actuelle où mène le débat sur le modèle d’intégration. C’est pourquoi l’œuvre de Dinet, comme nous l’explique N. Rachdi, connaît un regain d’intérêt. En effet, si après avoir été très appréciées au début du 20e siècle, les peintures de Dinet ont été un temps oubliées [leur cote a chuté quand, à l’orée des luttes d’indépendance contre les empires coloniaux, les toiles de peintres « issus de la métropole » étaient assimilées à des œuvres de « colons », malvenues en ces temps de décolonisation de milieu du 20e] l’émergence en début du 21e siècle d’un éveil identitaire culturel les remet à l’honneur en particulier dans les récents très beaux musées du monde arabe. La cote de Dinet s’envole désormais dans les grandes maisons de vente (Sotheby’s ou Drouot) et Baigneuses dans l’oued a été vendu par exemple 304.000 euros en 2005 dans une vente aux enchères. Etienne Nasreddine Dinet a publié L’Orient vu de l’Occident et œuvré en 1926 à l’édification de la Mosquée de Paris. Le hasard des dates me fait noter qu’il est mort quelques mois avant L’Exposition Coloniale Internationale que la IIIe République ouvrait en mai 1931dans le Bois de Vincennes avec son zoo humain où huit millions de visiteurs purent observer le minéral, le végétal, l’animal, l’humain… présentés sur un même plan ! Cet hymne à l’eugénisme dressait un inventaire du vivant devant le regard du public, caricaturant l’altérité culturelle face à l’identité occidentale, dans une « monstration » de la barbarie africaine, banalisant le racisme dans la fascination du sauvage pour légitimer les fondements de l’ordre mondial et la typologie raciale de l’œuvre coloniale. Ce modèle d’identité occidentale prétendait installer un ethnocentrisme raciste où enfermer les imaginaires collectifs. Or la pensée, la vie, la peinture d’Etienne Dinet ont œuvré à l’encontre de cette idéologie. Ce peintre, par son œuvre intime et ethnographique à la fois, a ouvert le regard du public vers une culture qu’il découvrait avec amour et respect. Alors que la question du voile est plus que jamais d’actualité, Dinet, artiste converti à l’Islam, présentait dans ses toiles des corps de femmes dans toute leur nudité en refusant, en avance de plusieurs décennies avant Frantz Fanon « …l’Arabe aliéné permanent dans son pays, (qui) vit dans un état de dépersonnalisation absolu. »

Nic Sirkis

JACQUELINE 24/05/2013 23:23

Merci mille fois de ce commentaire. Je partage tout à fait ce qui est écrit en voyant dans la peinture de DInet un hommage à la vérité, loin de "l'orientalisme" paternaliste qui caractèrisait cette époque....
Au plaisir de vous lire...

J. F. Launay 21/04/2011 19:28



Petite erreur : si Nasr-Eddine (Etienne Dinet) a été enterré en 1930 (12 janvier) à Bou-Saäda, il était mort à Paris en 1929 (le 24 décembre).



JACQUELINE 22/04/2011 21:53



Merci...j'aurais du le savoir car j'ai acheté d'autres volumes à Bou Saada.....



CHAWKI 08/10/2010 14:04



Bonjour Jacqueline,


 


Je viens à nouveau admirer les toiles de Dinet.


 



JACQUELINE 08/10/2010 21:37



Un petit vent d'Algérie....



Chris 06/09/2010 01:01



Je n'ai pas des miniatures algériennes, mais j'ai rapporté d'un séjour iranien, des miniatures peintes sur coquillages, et tous autres supports...Des scènes
de chasse surtout.  Des petites merveilles qui ressemblent un peu à celles de ton reportage. Peindre en si petit demande bien du talent.... Bon début de semaine et grosse
bise    - Chris -



JACQUELINE 06/09/2010 22:31



C'est effectivement un art...et il était à bonne école avec Racim!!!


Bises!



Opium 11/06/2010 18:25



Je suis toujours émerveillé par le travail des peintres qui savent nous rendre la vie et le mouvement dans leurs oeuvres...


C'est superbe...


J'ose à peine imaginer que je ne serais peut-être même pas à reproduire ces instants de vie avec un appareil photos...


Merci.



JACQUELINE 16/06/2010 23:05



Merci à toi Opium d'apprécier ce petit article...en effet Dinet par sa totale fusion avec la population put rendre l'ame de ceux qu'il peignit.



vita 06/06/2010 14:29



Très belle balade picturale.....VITA



djamel 12/08/2018 20:18

Une belle peinture dans ce blog merci et bravo

JACQUELINE 09/06/2010 21:31



l'Algérie a beaucoup inspiré!!!!


 



Yvette 05/06/2010 21:41



Je suis pourtant inscrite à ta newsletter , mais je suis passée à côté de ce merveilleux article. Il faut dire qu'en ce moment je vis à 100 à l'heure et je ne suis pas au top de la forme, j'ai
gobé un virus, un genre de grippe et chez moi avec mes antécédents, ça se transforme en bronchite à chaque fois ! En plus j'ai fais opérer la chienne sans parler des 3 chattes en traitement, je
déborde. Mais je tiens le coup, il le faut bien. Et puis je prépare mon expo de peinture de septembre et je ne sais pas si je vais être prête. C'est beau la retraite!!!


Bon j'en reviens à ton article. Où as-tu dégoté toutes ces superbes photos? J'ai pourtant cherché sur le net et je n'ai pas trouvé tout ça! ou alors tu as ces tableaux chez toi (veinarde!!! ) ou
tu as un catalogue sur lui! Je préfère ses scènes avec les femmes et les hommes arabes, à ses paysages. La légèreté des habits, des voiles est particulièrement réussie! je suis émerveillée par
tant de talent. Moi je ne suis pas portrait, ça me fait peur! Peut-être que j'y arriverais mais ça ne m'attire pas. Je pense que je serais déçue surtout quand tu vois ce qu'a peint ce célèbre
peintre. En ce moment je reçois plein de commandes de Gouraya pour mon livre mais je ne peux pas l'envoyer , la poste se sert avant là-bas!!!! J'ai une jeune femme qui va m'en emporter 10 en
juillet dans ses bagages, la pauvre ça m'ennuie  pour elle, mais c'est elle qui l'a voulu. Elle a donné son exemplaire à sa soeur et depuis ça fait boule de neige dans le village. Je vais en
offrir un à  la bibliothèque ainsi tout le monde pourra le lire.


Merci de m'avoir signalé ton article, n'hésite pas à le refaire. Je te souhaite une bonne soirée et un bon week-end    Je t'embrasse Yvette



JACQUELINE 09/06/2010 21:10



comme tu dis!!! ..je crois que tu fais beaucoup pour les autres...moi je suis seule ( à part mon chat..bien sur!)


Bon rétablissement et gros bisous!



Armide + Pistol 04/06/2010 19:22



Un grand merci pour m'avoir offert cette magnifique exposition de peinture. Je ne connaissais pas l'artiste. Alors, merci_ doublement.



JACQUELINE 05/06/2010 18:51



On devrait le connaitre davantage effectivement...



martine 04/06/2010 17:42



Tu plaisantes ! Le rendu est très bon, j'adore ce peintre et ton article lui rend un bel hommage...


merci et bises



JACQUELINE 05/06/2010 18:52



alors je suis un génie du scan!!!:0085:



Ramu 04/06/2010 07:30



Sono bellissimi davvero!Mi piacciono molto.Buon venerdì,bacioni.



JACQUELINE 05/06/2010 18:52



Grazie mia cara Ramu


Buona Domenica e tanti bacioni romani



loula 03/06/2010 22:07



bonsoir Jacqueline, bein moi mes préfères vont pour la première... j'aime ces couleurs vives, et la 3ème.... tu me fais découvrir un peintre sur l'Algérie, et je t'en remercie... Gros bisous
je suis allée à Nîmes pour l'ascension, pélerinage de la vierge de Santa Cruz( Oran)... j'ai consacré un article sur l'avant dernière page de mon blog...Bisous



JACQUELINE 05/06/2010 18:53



Il y a tant de peintres qui ont "chanté" notre beau pays!! j'en ai encore dans mes "cartons"!!


Bises à toi



michel 03/06/2010 16:05



J'aime beaucoup



JACQUELINE 03/06/2010 19:04



je l'ai découvert...moi aussi !



Amaury 03/06/2010 11:03



J'adore, avec une préférence pour la première et pour la dernière avec des couleurs magnifique et un rendu quasi photoréaliste.



JACQUELINE 03/06/2010 19:06



alors c'était pas si piètre que ça!!!



escargotine 02/06/2010 22:45



un vrai bonheur que ces peintures !!!! j'ai adoré ton post - merci de cette découverte - bon jeudi fleuri - biz



JACQUELINE 03/06/2010 19:11



je fais de la pub pour mon pays natal...normal!!


Bises à toi



philae 02/06/2010 16:45



MAGNIFIQUE j'aime beaucoup l'oasis merci pour le partage


et aussi merci pour la visite : pour info  le banc sicilien avec le couple se trouve dans le parc de taormine



JACQUELINE 03/06/2010 19:20



merci du renseignement....mais je ne m'y suis pas assise !!!


A bientot Philae



Chawki 02/06/2010 16:00


Bonjour Jacqueline, Un coucou furtif mais quelque peu attardé par ces tableaux pittoresques de Dinet. À tantôt, le travail m'attend.


JACQUELINE 03/06/2010 19:21



les examens n'est ce pas....??? Dinet fut un peintre qui s'attacha à la terre d'Algérie..


Bon courage!!